Soit on pousse l'isolation pour s'en passer complétement, comme le suggère Cédric et qui est appuyé par Fred², cette solution est séduisante mais nous prive d'une économie globale sur le projet d'environ 10 000 euros pour se passer d'un appareil qui ne devra fournir qu'au maximum entre 1.5 et 2 kw (un radiateur moyen)... Soit on explore d'autres pistes comme passive aventure.

Je pense que dans un premier temps nous nous contenterons d'un radiateur électrique qui traine dans notre salle de bain actuelle mais au delà de ça? Alors il y a la solution de mettre un radiateur sèche serviette dans chaque salle de bain mais on reste sur l'électrique. Une mini PAC sur l'air entrant mais en prenant les calories où? On a bien sûr envisagé le poêle à bois ou a pellets mais comment bien gérer cet apport massif de calories et surtout comment ne pas être freiné par les risques de ponts thermique (par le conduit) et le point faible créé dans l'isolation et l'étanchéité par cette traversée? Il y a aussi la solution de poêles / cheminées au bio-éthanol pas trop cher, avec des puissances disponibles allant d'1 kw à 3.5 kw, très souple d'utilisation et apportant avec eux l'agrément des yeux dans la contemplation des flammes. Mais cette solution semble contenir son lot de question aussi, quelles émanations réelles disperse se produit, quel est l'impact écologique de la production du bio-éthanol, quel est son coût à l'utilisation, ...

Auriez vous des suggestions?

Alain